dimanche 18 mars 2012

Au théâtre, Harold et Maude

Je fais partie de la distribution d'Harold et Maude, pièce qui sera produite par le Théâtre des Nouveaux Compagnons, les 12, 13, 14, 19, 20 et 21 avril 2012 à 20 heures, ainsi que le 15 avril à 14 heures, à la salle Anaïs-Allard-Rousseau de la Maison de la Culture de Trois-Rivières (à côté de la salle J-Antonio Thompson).

Présentement, c'est fou ce qu'on rigole pendant les répétitions, alors ça promet!

Je vous invite à m'y retrouver!

vendredi 2 mars 2012

Point d'exclamation et d'interrogation : avec ou sans espace?

Et maintenant, dans la catégorie « On va jaser des vraies affaires »...

J'ai longtemps pensé qu'il fallait mettre une espace devant les points d'interrogation et les points d'exclamation. J'ai même corrigé plusieurs textes en appliquant cette directive. Puis, un beau jour, je tombe sur cet article publié sur la banque de dépannage linguistique de l'Office québécois de la langue française.

Coup de théâtre : Une espace fine insécable, ou pas d'espace du tout.

Bon... une espace fine. Première fois que je me bute à ce concept d'espace fine. Personne ne m'avait parlé de ça auparavant. D'autant plus que ce concept tout nouveau pour impliquait aussi que le mot espace devenait féminin...

Hé bien oui, recherches étant faites, le mot espace est féminin lorsqu'on parle de typographie, quoiqu'on s'obstine encore là-dessus... Dites "un" ou "une" si vous voulez, mais si on vous reprend, vous direz que chacun a sa vérité là-dessus.

Bon... l'espace fine maintenant...

Évidemment, quand on met une espace devant un signe de ponctuation, quel que soit ce signe, l'espace se doit d'être insécable. On ne veut pas que la question soit sur une ligne, et le point d'interrogation tout seul sur la ligne suivante. Bon. Ça, c'est clair.

Mais là, watch out, il y a en typographie sept types d'espaces. De la très large à la  super étroite, cette dernière ne pouvant servir qu'à séparer les lettres à l'intérieur d'un mot. L'espace normale qui sert à séparer les mots est la deuxième plus large, et l'espace fine est la deuxième plus étroite.

Maintenant : vous imaginez-vous votre barre d'espacement sur votre clavier divisée en sept? Hein? Oh là là, laquelle choisir...

Trop compliqué. Il y aura toujours des intégristes, qui voudraient que l'on applique tout à la lettre (c'est le cas de le dire), mais moi, aujourd'hui, ce coup de théâtre me simplifie la vie : Point d'exclamation? Point d'interrogation? C'est fini les espaces! Compris?

dimanche 26 février 2012

Écologie - penser autrement

Bon, là, j'avoue que c'est dangereux, ce que je vais dire.

Nous sommes sept milliards d'êtres humains sur la planète Terre. On s'attend à ce que l'augmentation de la population terrestre soit exponentielle : ça va prendre deux, voire trois fois moins de temps pour se rendre à huit milliards que ça en a pris pour se rendre à sept.

On pense réduire la pollution en réduisant la consommation. Peut-être faisons-nous erreur. Nous devrions peut-être essayer en réduisant le nombre de pollueurs.

Un génocide, finalement, au niveau humain, c'est une catastrophe. Mais au niveau écologique, c'est une bonne nouvelle, on ne se mettra pas la tête dans le sable.

On va donner la peine de mort à ceux qui vont avoir tué des centaines, des milliers de personnes. Peut-être ont-ils eu une conscience écologique, malgré qu'ils croyaient à tort qu'il fallait tuer telle ou telle personne pour une raison qui est et restera probablement sienne. Et leurs actes resteront toujours condamnables. Mais ils ont peut-être retardé ainsi la mort de l'humanité entière de quelques années.

Quel est l'animal le plus dangereux sur Terre? C'est l'homme. Il sait comment mettre les autres espèces sous son contrôle. Il lui va maintenant falloir réfléchir plus encore, parce qu'il n'en survivra pas.

vendredi 24 février 2012

Où suis-je?

Je me réveille... Je sors d'un long coma.

Plein de choses ont changé autour de moi.

Moi-même, j'ai changé. Je ne me reconnais plus.

Qu'est-ce qui s'est passé?

Laissez-moi retrouver mes esprits, je vous reviendrai sous peu...

--
Ben

lundi 21 juin 2010

Trottinette


Alors que cet hiver j'allais au travail à pied, j'avais décidé que cet été j'agrémenterais mes déplacements. Vélo? Où est-ce que je stationne ça sans risquer de me le faire voler? Rollerblade? Trop long à attacher, détacher, va falloir que je me traîne des souliers... En plus, la police peut m'arrêter pour avoir fait du patin dans la rue... La trottinette a fini par être le choix tout indiqué.

J'ai donc une trottinette de jour (elle n'a pas de réflecteurs). Avec elle, je vais à peu près 3 fois plus vite qu'à pied, je suis légal sur la route, je n'ai pas l'obligation de porter de casque, et quand j'arrive au bureau, je la plie et la transporte sous mon bras pour monter les escaliers, et je la met en dessous de mon bureau!

Dépassée, la trottinette? Je m'excuse, mais quand je vois tant de gens se faire voler des vélos au centre-ville (je me suis fait voler à Montréal et j'ai assisté à un autre vol, manqué celui-là, la semaine passée à Trois-Rivières), aussi bien penser à un autre moyen plus compact et qu'on n'a pas besoin de stationner. Je vois aussi que le Segway est en train de prendre des parts de marché... Mais pourquoi, diantre, la trottinette, ce moyen de transport pourtant tellement simple à expliquer et à apprendre, n'a-t-il pas plus d'adeptes que ça? Je pose la question!

Vous voulez voir ma trottinette? Quin! Je l'ai eu en cadeau de ma douce. Elle se plie et se range très bien dans un garde-robe. Elle supporte jusqu'à 100 kilos (220 livres). Et oui, on peut prendre des allures de «frais-chié» là-dessus aussi. Pas besoin que ça ait un moteur électrique (ça fait pépère, ça!)...

mercredi 9 juin 2010

Pour la première fois, des verres de contact

Je suis allé hier chez l'optométriste pour poser pour la première fois des verres de contact.

C'est la joie de les porter, c'est l'enfer de les mettre! Une heure à me jouer dans les yeux, à me battre avec mes paupières. Et ces dernières ont gagné une couple de rounds.

Un bon moment donné, youppi, j'ai réussi à les avoir les deux dans les yeux! Bon, bien je peux m'en aller.... nononon. Enlève-en un, il faut voir si tu peux les enlever aussi! Ah, m... La partie n'était pas terminée!

J'avais sous-estimé la force de mes paupières. Maintenant, je peux vous dire que si un jour le Canada entre en guerre, je propose d'envoyer mes paupières au front.

Je suis sorti de là, me dirige vers ma mini-fourgonnette, je me vois dans le reflet de la vitre. Je me vois, sans lunettes. De loin. Le bonheur. Ça faisait vingt-six ans que ça ne m'était pas arrivé. Je ne savais pas que j'avais aussi les yeux aussi rouges...

J'ai passé la soirée avec des verres de contact. Ma douce a apprécié.

À l'heure du coucher, il fallut les enlever, les deux cette fois. Ça a duré moins longtemps cette fois. Une demi-heure. J'ose espérer que ça continue sur cette lancée et que ça se raccourcisse de fois en fois.

Paupières, je vais vous amadouer! Ce soir!

mardi 4 mai 2010

C'est normal de ne pas aimer le hockey?

Je n'ai jamais aimé ça. Je ne m'y intéresse pas. Je ne commencerai certainement pas à m'y intéresser parce que le Canadien est en séries éliminatoires.

Je ne comprends pas les gens qui s'y intéressent. Surtout ceux qui s'y intéressent tout d'un coup. Moi, si je m'intéresse à un sport, c'est pour y jouer. Pas pour le regarder.

Ce n'est pas faute d'avoir essayé. J'ai déjà accompagné une gang dans un bar pour voir le Canadien se faire planter. J'avais plus de fun à bouffer des cacahuètes que d'autre chose. Ça m'a coûté cher en Coca Cola.

Je vais comprendre ceux qui ont déjà joué ou qui jouent au hockey de regarder leurs modèles, OK, ça, c'est comme dans n'importe quoi... Mais je vois du monde qui parlent de hockey sur Facebook et Twitter, tout d'un coup, et je sais qu'ils n'ont jamais écouté une partie en saison régulière... Vous manquez si tant tellement d'attention?

...

Ou bien... C'est juste moi qui pense ça, l'extraterrestre que je suis ?